Minutes Détente

Moments détente au quotidien
Anecdotes

Le Ciel du Printemps : Anecdotes #3

À la veille de la sortie du troisième tome de L’Équilibre, Le Ciel du Printemps, je vous propose de découvrir quelques petites histoires concernant ce nouvel opus. Installez-vous et détendez-vous, cet article sur les Anecdotes #3 devrait vous plaire – ou du moins vous donner de quoi commenter 😉

 

Création Le Ciel du Printemps

Contrairement aux tomes I et II de L’Équilibre, Le Ciel du Printemps n’a pas été écrit quand j’étais encore au lycée. En réalité, je me suis mise à l’écriture de la saison 2 de Two O’Clock (ancien nom de L’Équilibre, lorsqu’il s’agissait encore d’une fanfiction) plus de deux ans et demi après avoir publié la saison 1. En l’occurrence, Le Ciel du Printemps a été écrit et publié entre mai 2015 et décembre 2015. Soit l’année de mes 21 ans.

Vous devez vous dire : à 21 ans, elle n’avait pas autre chose à faire que d’écrire des fanfictions ? À vrai dire, non. Pour des raisons personnelles, je me suis retrouvée sans activité. Et écrire était pour moi une sorte d’exutoire, ainsi qu’un moyen de voyager. D’avoir accès à des mondes sur le moment hors d’atteinte. Quoiqu’il en soit, ce sont mes fidèles lectrices de la première saison qui ont été contentes !

Vous pourrez constater l’évolution de mon style d’écriture dès ce tome-ci. Je ne sais plus si je l’ai dit ici, sur ce blog… (je radote tellement !) Mais l’une des choses les plus intéressantes de la série est qu’on peut voir l’évolution du personnage à travers la mienne – et vice-versa. Enfin… Je trouve ça intéressant. Qui sait ce que vous en penserez ? En tout cas, ça explique pourquoi il peut y avoir plus de petites erreurs dans la saison 1 que dans la saison 2.
Ça m’arrache les doigts de vous l’écrire, mais oui, il peut encore y avoir des fautes d’inattention. Je travaille seule, principalement. Et je ne suis pas infaillible.

 

 

Des noms qui ressemblent à ceux de vrais institutions

Comme pour les noms d’artistes, je n’étais pas très inspirée lors du changement de toutes les appellations (voir cet article et celui-ci). Aussi, je pense que ceux parmi vous qui s’y connaissent un peu en pop coréenne auront reconnu les organisations originales. De même pour l’école où Jade et Ellie sont censées, toutes deux, avoir étudié en licence. J’ai changé une lettre à l’acronyme de l’institut en question. Je pense que les plus curieux d’entre vous pourront le retrouver, en utilisant les bons mots clés.

En parlant de différences entre les organismes que je présente et ceux dont je me suis inspirée… Dans l’histoire, la Big Time et la JHP sont plus qu’étroitement liées. Bien entendu, c’est un peu différent dans la réalité, avec les vraies maisons de production (que les fans de K-pop auront reconnu). Aussi, je prierai nos chers amis K-popiens de ne pas brandir leurs fourches et crier au scandale. Et je remercie les plus modérés d’entre vous d’avoir compris que mon but initial n’était pas de transcrire entièrement la réalité – et de m’en avoir félicité.

 

 

Anecdotes #3 : la minute critique

Dans cet épisode-ci de L’Équilibre, je parle un petit peu de l’enseignement en ZEP (Zone d’Éducation Prioritaire). Je me suis basée uniquement sur les témoignages d’amis professeurs. N’y voyez pas là une critique de ma part ou un avis personnel…

Justement, en parlant de point de vue personnel. Je pense qu’il est difficile d’enseigner, quelque soit le public. Surtout dans une société où l’on pratique le nivellement par le bas, où l’on ne prend pas en compte les véritables capacités/dons de l’enfant. Où les professeurs se retrouvent – la plupart du temps contre leur gré – à suivre des programmes destinés à former (ou formater, c’est pareil, au point où on en est) de futurs moutons aux égos surdimensionnés.

Bref… Je ne dis pas dans Le Ciel du Printemps que c’est mieux en Corée du Sud. Il n’y a qu’à voir le taux de suicide chez les jeunes… Cependant, on ne peut nier que les élèves semblent plus… sages face à leurs professeurs.

Enfin, pour clore cette « minute critique », je me permets de vous donner le nom du pays possédant le meilleur système éducatif au monde.
~ Et le grand gagnant du jour est… Tadaa ! La FINLANDE !
Je crois que je vais apprendre le finnois…

 

 

L’âge en Corée

Je me rends compte que je n’en ai pas parlé dans les anecdotes de Feu d’Automne et de L’eau de l’Hiver. Et pourtant, j’y fais allusion plusieurs fois au cours de la série !
L’âge en Corée… En réalité, ça nous parait tellement complexe, à nous européens, qu’il faudrait directement que je vous écrive tout un article sur le sujet. Mais je ne suis pas sûre que ça vous aiderait. Aussi, je vais tâcher de vous expliquer, le plus clairement possible. Et surtout, si vous ne comprenez pas tout de suite, ne paniquez pas ! Il m’aura fallu chercher sur nombre de sites, avant de finalement assimiler la méthode de calcul.

Tout d’abord : il faut savoir qu’en Corée, on a déjà 1 an dès le jour de la naissance. Pourquoi ça ? Parce que les coréens comptent le temps de gestation (et arrondissent à un an).
Afin de vous permettre de mieux comprendre, on va prendre Jade en exemple. Jade est née en 1991. En France, elle est censée avoir 26 ans le jour de son anniversaire, en avril 2017. Donc en Corée, elle en aura 27. (26+1=27)

Mais vous vous en doutez bien, tout ne peut pas être si simple ! En Corée, tout le monde prend un an de plus le jour de Seollal (Nouvel An lunaire) et non pas le jour de son anniversaire. Ainsi, Jade aura eu 27 ans non pas au mois d’avril, mais le 28 janvier 2017.

Vous me suivez toujours ?

Sachant que Jade est née en avril… Elle est censée – en France – avoir 25 ans jusqu’au jour de son anniversaire (soit en avril 2017). Ce qui signifie que du 28 janvier 2017 à avril 2017, Jade aura en Corée 2 ans de plus qu’en France ! En effet, 27-25=2.

Une fois que son anniversaire sera passé en avril 2017, elle n’aura de nouveau qu’1 année de plus qu’en France. Évidemment ! En avril 2017, elle aura fêté ses 26 ans français. 27-26=1 !

Vous avez compris ? Non ? Alors peut-être comprendrez-vous mieux avec cette vidéo.

 

 

La fin du Ciel du Printemps ou le presque-SPOIL

Attention, si vous n’avez pas encore lu la fin, je vais presque vous spoiler. J’vous aurai prévenu.
Non, mais en vrai, c’est quoi cette fin ? Que je suis vilaine ! Je vous laisse sur un vieux suspens tout peurri… Ne vous en faites pas ! La suite arrive très bientôt !

Et puis… Vous vous doutez bien qu’avec toutes les épreuves – plus ou moins intenses – que Jade a vécues… Non ? À moins que je ne sois qu’une auteure sadique… À voir.

Quoiqu’il en soit, Jade n’est franchement pas très maline. Je ne sais pas vous. Mais moi, elle m’agace. LE mec presque parfait l’attend depuis des années, il reste avec elle, il la soutient envers et contre tout… Et elle trouve toujours le moyen de le repousser.
Il y a vraiment des handicapés du bonheur, j’vous l’dis. Chassez le naturel, il revient au galop.

Maintenant, la question est la suivante : va-t-elle enfin réussir à se libérer de toutes ses entraves ? Et arrêter de faire l’idiote avec ce pauvre Chang-Min ? Non pas qu’avoir un mec soit une fin en soi. Mais Chang-Min est juste mon petit préféré de la série… Pas vous ? 😉

 

 

Encore une fois, je souhaite vous remercier de m’avoir lue (que ce soit uniquement cet article ou tous les autres ou les livres…). Vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me touche de savoir qu’il y a toujours des personnes qui me suivent.

Surtout, n’hésitez pas à laisser votre avis sur les articles du blog, voire même directement sur les pages de Feu d’Automne, L’eau de l’Hiver ou Le Ciel du Printemps. Ça me ferait énormément plaisir de les lire. Y compris les critiques constructives (qui ne prennent vraiment du sens qu’à partir du Ciel du Printemps, étant donné que mon écriture actuelle ressemble plus à celle de la saison 2 de L’Équilibre).

Je vous souhaite de très belles lectures et passez une belle journée ! 🙂

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!